Après deux décennies de calvaire, c’est en Allemagne que les médecins découvrent quelque chose d’incroyable !

cdsfdsds

Sofya Babich, âgée de 17 ans et originaire de Togliatti en Russie. Ces yeux étincelants ne dévoilent le calvaire que la jeune vit depuis une quinzaine d’années.

Peu après sa naissance, on lui diagnostique une paralysie cérébrale. “Votre fille ne pourra jamais marcher. Vous devez en prendre conscience” déclarent les médecins aux parents. Ils rajoutent que cette paralysie cérébrale entraînerait probablement un retard mental, une paralysie spastique ou encore des convulsions.

Я с Д.Матросов и В.Долинским

Une photo publiée par Σόφια 👸🎤 🎶 💖 🌺 (@sofya_babich) le

Elle passe au bloc opératoire à six reprises  sans qu’aucune opération ne puisse l’aider, et reste toujours paralysée au dessous de la taille.

Sofya est une jeune fille joyeuse remplie de rêves et de défis. Elle adore la musique, écrit des poésies et chante merveilleusement bien. Grâce à sa voix angélique, elle parvient à gagner plusieurs concours nationaux et internationaux.

Mais son plus grand rêve semble pourtant irréalisable : marcher. En 2015, elle procède à inscription l’émission “Direct line”. Ce show télévisé assure aux candidats l’opportunité de parler avec le président russe. “Je veux vraiment, vraiment marcher. Je fais de mon mieux mais j’ai besoin d’un équipement spécial pour mes exercices” explique Sofya au président. “Nous ne pouvons pas nous le permettre. Cela coûte environ 20 000 Roubles (environ 300 euros).”

Юлечка Хлынина)

Une photo publiée par Σόφια 👸🎤 🎶 💖 🌺 (@sofya_babich) le

En quelques jours, elle reçoit le matériel nécessaire à sa rééducation ainsi qu’un  financement pour se soigner en Allemagne, généreusement offert par plusieurs sponsors.

Красавчики-мои физеотерапевты:)

Une photo publiée par Σόφια 👸🎤 🎶 💖 🌺 (@sofya_babich) le

En arrivant à Hambourg, les medecins réalisent de nouveaux tests et découvrent qu’elle n’a pas besoin d’opération comme le pensaient les médecins russes. Sa paralysie cérébrale aurait pu disparaître plus rapidement si elle avait reçu les soins adaptés avant.

Après trois jours à l’hôpital, Sofya essaye déjà de faire son premier pas. C’est à ce moment précis que sa mère entre dans la pièce alors qu’elle était partie chercher un rafraîchissement. “Je voulais tellement…” se souvient Sofya, “Je me suis levée et j’ai fait mon premier pas.”

Le chemin est encore long et difficile mais la jeune à une volonté d’enfer.